Espace revue de presse

Oeufs contaminés

Le gouvernement néerlandais reconnaît des erreurs ; l’UE et Paris veulent faire le point à haut niveau

(ATS/AGIR) - Sous le feu des critiques de ses voisins européens, le gouvernement néerlandais a reconnu, par la voix de la ministre de la Santé sur un plateau télévisé jeudi soir, que "des erreurs"

avaient été commises dans la gestion du scandale des oeufs contaminés mais elle réfute toujours toute accusation de négligence. La gestion de La Haye de ce signalement reçu l'an dernier par le NVWA, l'organisme néerlandais chargé de la sécurité alimentaire et sanitaire, fait l'objet de critiques de responsables politiques de plusieurs pays européens touchés. Par ailleurs, le ministre français de l'Agriculture, Stéphane Travert, a annoncé aujourd’hui que près de 250'000 oeufs contaminés au fipronil, importés de Belgique et des Pays-Bas, ont été "mis sur le marché" en France depuis avril.  Il assure que "le risque pour la santé humaine est très faible". "Nous ne faisons pas face à un scandale sanitaire, mais à une fraude", a assuré M. Travert. Il a souligné que "des entreprises ont été trompées par leurs fournisseurs". Paris souhaite prendre une initiative au prochain conseil des ministres de l'Agriculture en septembre à Tallinn pour mesurer l'ampleur de cette affaire.  Le commissaire européen à la Santé Vytenis Andriukaitis a aussi proposé aujourd’hui "de tenir une réunion de haut niveau (...) dès que l'ensemble des faits sera à notre disposition". Les pertes pour le secteur se chiffrent en dizaines de millions d'euros, 160 exploitations sont encore bloquées aux Pays-Bas et 50 en Belgique et la présence d'oeufs contaminés a été attestée à ce jour dans douze pays européens.

 

2222articles
aller au panier