Espace revue de presse

Les Paysannes professionnelles romandes en assemblée à Yverdon-les-Bains

© AGIR - Le comité de l'ARPP avec, de gauche à droite, Tècle Lachat; Marianne Rime; Anne-Lise Thürler; Cosette Grin-Pinard; Florentina Leordean Gonin; Laurence Bassin; Céline Carnal; et Véronique Eschler.

L’Association romande des paysannes professionnelles (ARPP) a tenu sa 53e assemblée générale samedi dernier à Yverdon-les-Bains, sous la présidence d’Anne-Lise Thürler. Celle-ci a mis en évidence les multiples activités de l’année écoulée, non seulement sous l’angle de la formation, fer de lance de cette association, mais surtout dans le cadre des rencontres entre les membres de l’ARPP. En effet, les préoccupations professionnelles des paysannes n’ont pas manqué l’année dernière et les moments de convivialité partagée organisés par l’association ont été plus qu’appréciés.

A Yverdon, lors de l’assemblée générale de l’ARPP, actuellement forte de 376 membres, la présidente s’est réjouie que, l’année dernière, sept paysannes aient reçu leur brevet à l’occasion de la cérémonie de promotion organisée le 18 novembre à Collonges (VS). Pour la première fois, a expliqué Anne-Lise Thürler, la fête s’est déroulée avec les viticulteurs, cavistes et arboriculteurs, ce qui a renforcé la visibilité de l’événement. En 2017, ce sont également sept paysannes qui se sont inscrites à l’examen final qui aura lieu début mai à Châteauneuf (VS). Quant à la remise des diplômes, elle se déroulera dans le canton de Neuchâtel.
Parmi les événements ayant bénéficié de l’appui de l’ARPP, la présidente a cité les AgriSkills, début septembre à Grange-Verney à Moudon, en remerciant chaleureusement les nombreuses  paysannes qui se sont mobilisées à cette occasion.
Et si l’année écoulée a apporté son lot d’inquiétudes aux agricultrices – et peut-être à cause de cela -, Anne-Lise Thürler a également choisi de mettre l’accent sur les moments de convivialité partagée entre les membres. Ainsi, la présidente a relevé que, fidèle à la tradition, l’ARPP a organisé plusieurs rencontres dont, par exemple, une visite à Huttwil, dans l’Emmental, pour faire la connaissance de la famille Spycher spécialisée dans la transformation de laine produite par les moutons, cochons laineurs et chameaux qu’elle élève, ou une excursion à Champex-Lac, pour suivre un atelier animé par Kurt Hostettman, docteur en chimie et spécialiste des plantes médicinales.

Actualité agricole
Elue samedi par acclamation à la vice-présidence de l’ARPP, Laurence Bassin a fait le point sur les dossiers agricoles en tant que représentante à AGORA. Avec, en première ligne, la crise laitière qui provoque des tensions et divergences d’opinion entre les différents représentants de la filière. Elle a également évoqué l’enquête sur l’agriculture romande menée en 2015 par un groupe de recherche de la haute école spécialisée bernoise BFH et informé l’assemblée qu’AGORA suivait de très près le dossier de la fiscalité agricole: «Les mobilisations sont aujourd’hui très fortes au niveau des instances politiques cantonales et fédérales», a-t-elle précisé. Ce sujet est également au cœur des préoccupations de l’Union suisse des paysannes et des femmes rurales (USPF) a confirmé sa vice-présidente Monique Tombez qui a également profité de ces assises pour passer en revue les activités menées en 2016 par l’organisation faîtière.
Quant à Céline Carnal, membre du comité de l’ARPP, elle a informé l’assemblée que plus de 700 classes romandes ont participé l’année dernière au programme de L’école à la ferme; soit 18’000 élèves encadrés par 44 prestataires qui ont tout mis en œuvre pour leur permettre de découvrir les métiers de la terre et les sensibiliser sur l’origine des produits qu’ils consomment.

AGIR

2222articles
aller au panier