Espace revue de presse

Première rencontre nationale des bergères et bergers de moutons à Lanzenhäusern (BE)

AGIR

Quatre des sept bergers romands diplômés de la volée 2016, avec Jean-Luc Moulin, professeur à Châteauneuf. Derrière de gauche à droite: Sylvie Couchepin; Jean-Luc Moulin, professeur à Châteauneuf (VS); Adrien Roy. Devant, Camille Pataracchia et Samuel Devanthery.

© AGIR

Le métier de berger connaît un regain d’intérêt…

Sous l’égide d’Agridea, s’est déroulée jeudi dernier à Lanzenhäusern (BE) la première rencontre nationale entre les bergers de moutons, les exploitants d’alpages, les conseillers agricoles et autres spécialistes de l’estivage et de l’élevage. «L’objectif de cette journée était d’échanger sur le travail des bergers et de faire le point sur la formation mais aussi de réfléchir à l’avenir de ce métier qui est en train de regagner de l’importance», explique Daniel Mettler, spécialiste à Agridea du développement rural, de l’agriculture dans les régions de montagne et de la protection des troupeaux.

Face à la prise de conscience toujours plus aiguë des questions écologiques et suite au retour des grands prédateurs, le rôle du berger retrouve de l’importance et la culture pastorale connaît un regain d’intérêt dans notre pays. Sur les 400’000 moutons que compte aujourd’hui la Suisse, la moitié d’entre eux environ est estivée tandis que 25 à 30 troupeaux transhument pendant l’hiver. Cela sous la surveillance de quelque 250 bergères et bergers.

Afin de faire le point sur le travail des bergers, sur les conditions-cadres du métier, sur le programme d’hébergement sur les alpages «SchafAlp» et sur la formation, mais également pour favoriser les échanges entre les professionnels expérimentés et les novices, l’Association suisse pour le développement de l’agriculture et de l’espace rural (Agridea) a organisé, jeudi 13 avril à Lanzenhäusern, la première rencontre nationale des bergers de moutons. Présentations, témoignages, partage d’expériences et ateliers pratiques étaient au programme de ce séminaire orchestré par Daniel Mettler, spécialiste du développement rural, de l’agriculture dans les régions de montagne et de la protection des troupeaux, et par Riccarda Lüthi, responsable de la formation de berger.

Parmi les points forts de cette rencontre, les 75 participants ont pu prendre connaissance d’une étude de Franziska Hoffet, stagiaire à Agridea, traitant de la culture pastorale en Suisse et proposant une analyse sur le travail, la motivation et la formation des bergers suisses. L’étude fait notamment ressortir que la profession de berger est exercée aujourd’hui non seulement par des professionnels en lien direct avec le monde agricole et l’élevage mais aussi par des «amoureux de la nature», des «amis des animaux» et des personnes qui «recherchent un épanouissement personnel». Cette journée a aussi été l’occasion de faire le point sur les différents débouchés de la filière laine en Suisse grâce à une présentation, par Martin Keller, du label Swisswool.

Remise des diplômes de la volée 2016

Depuis 2009 en Suisse alémanique et 2013 en Suisse romande, Agridea, en collaboration avec les Ecoles d’agriculture de Viège (VS), de Plantahof Lanquart (GR) et de Châteauneuf (VS), a mis sur pied une formation de berger-ère-s de moutons sur les alpages comprenant trois modules théoriques, un stage en bergerie et un autre à l’alpage; cursus qui peut être complété par une formation à l’utilisation des chiens de troupeaux dispensée par l’Association suisse pour la formation de chiens de bergers (SSDS). A ce jour, 42 diplômes de berger ont été décernés dont les deux tiers à des femmes.

Lors de cette première rencontre nationale, Jean-Luc Moulin et Andreas Michel, respectivement professeurs à Châteauneuf et à Plantahof, ont remis leur diplôme aux étudiants de la volée 2016. Quatre des sept Romands à avoir suivi la formation étaient présents à la cérémonie.

AGIR

www.agridea.ch

Lien sur le dossier photos : http://www.agirinfo.com/?p=31199&cat=8&paged=0

 

2222articles
aller au panier