Espace revue de presse

Les tomates suisses présentent un bon bilan écologique

UMS

© UMS

Communiqué de presse de l’Union maraîchère suisse

Les tomates suisses présentent un bon bilan écologique global selon la méthode de la saturation écologique. Globalement, elles polluent moins l’environnement que les tomates importées.

La tomate est le légume préféré des Suisse après la carotte. En Suisse, sa saison s’étend d’avril à novembre. La consommation de tomates s’est élevée à 6,93 kg par habitant en 2016 et 57 695 tonnes ont été vendues. Avec une part de marché d’environ 58%, plus de la moitié des tomates provenaient de Suisse en moyenne annuelle (source CCM). Un bon bilan de durabilité est donc d’autant plus important pour les tomates indigènes.

Une étude mandatée par l’Union maraîchère suisse (UMS) a analysé le bilan écologique global des tomates suisses cultivées sous serre. Elle montre que les tomates suisses polluent globalement moins l’environnement que celles provenant des pays du Sud. Les tomates suisses ont obtenu 987 unités de charge écologique (UCE) ou écopoints contre 1646 à 2006 pour les tomates provenant du bassin méditerranéen. Différence majeure : la quantité nettement inférieure de polluants des eaux et de produits phytosanitaires rejetés dans le sol.

La production suisse peut néanmoins encore s’améliorer con-cernant le chauffage des serres. Une culture professionnelle et une technologie moderne constituent la base pour ce faire. Concrètement, les serristes suisses s’efforcent de procéder à des améliorations en la matière par une gestion efficace du climat, une bonne isolation et des sources alternatives d’énergie (p. ex. chauffage urbain, énergie dérivée du bois). De plus, de nombreux producteurs ont signé une convention d’objectifs sur le CO2 avec la Confédération.

De bonnes conditions de travail sont un élément important de la durabilité sociale, raison pour laquelle l’impact social de la production de tomates a été pris en compte dans l’étude. Les exploitations suisses ont atteint un bon résultat dans le bilan social. Elles garantissent en effet des conditions de travail optimales dans de nombreux domaines et obtiennent ainsi d’excellentes notes. Confiants dans l’avenir, les producteurs suisses continuent d’investir pour améliorer encore leur bilan de durabilité.

Contact média :
Union maraîchère suisse (UMS), Markus Waber, chef du secteur Communication, marketing et formation professionnelle, tél. 031 385 36 27, courriel markus.waber@gemuese.ch
facebook.com/SchweizerGemuese.LegumesSuisses

L’Union maraîchère suisse (UMS) est l’organisation professionnelle des maraîchers suisses. Fondée en 1932 et comptant près de 2000 membres. Elle défend les intérêts de tous les producteurs de légumes frais, de légumes de garde et de légumes de transformation, indépendamment du mode de production. L’UMS s’engage forte-ment dans les domaines du marché, de la politique, de la formation professionnelle, de la culture, de la communication et du marketing afin de renforcer la position des légumes suisses.
www.gemuese.ch  www.legume.ch  www.verdura.ch

2222articles
aller au panier