Espace revue de presse

La filière, les producteurs et la Protection des Animaux misent sur le bien-être animal comme facteur de différenciation

© USP

Communiqué de presse de Proviande

Les consommateurs, de plus en plus sensibilisés, accordent une grande importance au bien-être animal et attendent des denrées alimentaires issues d’une production proche de la nature. Pour ce qui est de la viande d’origine suisse, notamment des produits labels, ils peuvent compter sur une telle production, ceci fait l’unanimité chez les experts du « sommet du bien-être animal » organisé par Proviande. La détention des animaux de rente en Suisse se distingue de celle de l’étranger par une agriculture rurale fortement axée sur l’animal et l’environne-ment, par une législation stricte et moderne, ainsi que par divers programmes facultatifs d’encouragement et de labels. Dans le cadre du dialogue entre les parties prenantes, la filière, les producteurs, les experts administratifs et la Protection Suisse des Animaux ont formulé des intérêts communs afin de maintenir l’avance de la Suisse en matière de bien-être animal, comme important facteur de différenciation.

Pour les consommateurs, de plus en plus sensibilisés, les questions du bien-être animal et de la production proche de la nature sont à juste titre toujours plus importantes lors de la décision d’achat. Proviande salue la discussion consciente et critique sur le thème du bien-être animal et lance avec le sommet du bien-être animal organisé ce jour au Luderhof à Kirchberg un dialogue correspondant entre les parties prenantes.

Grâce à une détention d’animaux de rente plus responsable, les consommateurs peuvent compter sur un niveau élevé de bien-être animal.
Un sondage commandé par Proviande (en août 2016) et mené par la société Dichter Research AG montre que 76 pour cent des personnes interrogées avaient une grande confiance dans la viande suisse notamment en raison des contrôles, de la grande qualité et de la détention animale conforme aux exigences des espèces.

La Suisse atteint ce standard élevé en matière de bien-être animal grâce à des dispositions modernes et strictes en termes de protection des animaux qui ont valeur d’exemple à l’échelon international. La détention d’animaux sur notre territoire se distingue ainsi de manière positive de l’étranger sous de nombreux aspects. Tandis qu’en UE par exemple, les animaux peuvent être transportés pendant 24 heures, la Suisse limite la durée du transport à un maximum de 8 heures, durée qui est même loin d’être atteinte en général en raison de la proximité des différentes structures.

Toutefois, outre les dispositions légales, c’est surtout la pratique agricole qui est décisive. Contrairement à la détention industrielle des grands animaux dans certains pays, la Suisse est marquée par une agriculture pratiquée sur de petites superficies. Les quelque 53 000 exploita-tions sont généralement des structures paysannes et familiales, fortement axées sur l’animal et l’environnement. La détention respectueuse des animaux qui en résulte est traditionnelle-ment une caractéristique de qualité significative de la viande suisse. Proviande tient beaucoup à ce que le niveau atteint soit maintenu et continue d’être renforcé.

Programmes d’encouragement facultatifs pour plus de bien-être animal
Les différents programmes d’encouragement et de labels facultatifs font une nette différence pour le bien-être animal. Par exemple, les « systèmes de stabulation particulièrement respec-tueux des animaux » (SST) et les « sorties régulières en plein air » (SRPA) sont des programmes d’Etat incitatifs auxquels participent 53,5 (SST) et même 83,7 (SRPA) pour cent des exploitations agricoles. Le programme SRPA permet à 75,3 pour cent de nos animaux (en unités de gros bétail UGB) et même à 81 pour cent des vaches et génisses une sortie régulière en plein air. Divers programmes de labels posent des exigences supplémentaires en matière de détention et d’affouragement des animaux, favorisant encore davantage le bien-être animal. « L’engagement des paysans et les mesures facultatives s’avèrent efficaces. Litière, sortie en plein air et pacage améliorent considérablement la qualité de vie des animaux. Les consommateurs peuvent opter ici en toute bonne conscience pour cette exigence et cette qualité », affirme Heinrich Bucher, directeur de Proviande.

L’alimentation animale, conforme aux exigences des espèces et respectueuse de l’environnement, aide elle aussi à avoir des animaux en bonne santé et jouissant d’un grand bien-être dans notre pays. La Suisse, un pays d’herbages typique, produit elle-même 86 pour cent de tout le fourrage dont elle a besoin. Les aliments pour animaux sont sévèrement contrôlés par la Confédération et ne doivent contenir ni organismes génétiquement modifiés, ni farines animales. L’adjonction d’hormones et d’antibiotiques visant à obtenir de meilleurs rendements est déjà interdite dans notre pays depuis 1999.

La filière veut maintenir l’avance de la Suisse en matière de bien-être animal
La filière, les producteurs et la Protection des Animaux ont tous grand intérêt à améliorer la protection et le bien-être des animaux afin de maintenir leur avance par rapport à l’étranger. « Un traitement des animaux scrupuleux et conforme aux exigences des espèces est typique de la Suisse et une caractéristique de qualité particulière de la viande suisse. Une telle exigence et une telle qualité ont leur prix, mais celui-ci vaut la peine parce qu’il en va d’un meilleur bien-être animal », souligne Heinrich Bucher.

Proviande aimerait globalement inciter à une consommation consciente de viande. Car outre le filet (mignon) et l’entrecôte, la viande suisse offre un grand nombre d’autres délicatesses qui apportent de la diversité dans les assiettes à des prix attractifs. Avec la valorisation intégrale de nos animaux de rente, les consommateurs apportent une précieuse contribution à des conditions de production durables dans notre pays.

Etaient activement représentés au sommet du bien-être animal Cesare Sciarra (Protection Suisse des Animaux PSA), Thomas Jäggi (Union Suisse des Paysans USP), le Dr Kaspar Jör-ger (Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires OSAV), Samuel Geissbühler (UFA SA) et Heinrich Bucher (Proviande).

Vous trouverez d’autres informations sur la détention et l’affouragement de nos animaux de rente sur viandesuisse.ch/dea.

Interlocuteur:
Erich Schlumpf
responsable Communication de Proviande
Tél: 031 309 41 46 erich.schlumpf@proviande.ch

Evénements des organisations agricoles

2222articles
aller au panier