Espace revue de presse

Les bêtes n’ont rien à craindre d’un accord agricole avec l’UE

Porcs_transports

News de l'ATS

La protection des animaux ne risque rien si la Suisse signe un accord de libre-échange agricole avec l'Union européenne (UE). Berne continuera de pouvoir édicter des normes plus sévères. Le Conseil fédéral se battra en outre pour maintenir l'interdiction du transit routier des animaux de boucherie.

L’interdiction du transit routier des animaux de boucherie est le seul point sur le balan, reconnaît mercredi le gouvernement dans un rapport au Parlement. L’UE remet en effet en question l’interdiction suisse. Le Conseil fédéral fera néanmoins tout son possible pour résister. Concernant un éventuel accord de libre-échange, la Suisse, tout comme la Suède et l’Autriche, pourra édicter une législation plus stricte. Elle ne pourra en revanche pas restreindre l’importation d’animaux et de produits animaux élevés ou élaborés selon des normes européennes moins sévères. Un accord de libre-échange agricole n’est de toute façon pas pour demain. Soucieux du sort des paysans, le Parlement a demandé au Conseil fédéral de suspendre les négociations et de n’envisager leur poursuite que lorsqu’on sera parvenu à une conclusion du Cycle de Doha de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Pièces jointes:

  1. 27062012_Rapport OVF_ALEA et protection des animaux

    Rapport sur les conséquences d’un accord de libre-échange agricole avec l’UE sur le niveau de protection des animaux et l’élevage fermier

News

sql connection die