Espace revue de presse

L’année 2011 d’Agroscope a été bien remplie

14062012_Bio Suisse_Recherche bio Agroscope FiBL

Recherche suisse agronomique et agroalimentaire

Le rapport annuel 2011 des stations fédérales de recherche Agroscope est paru. Ce document livre une foule de renseignements sur les activités d’une importance fondamentale liées à la recherche agronomique et agroalimentaire dans notre pays.

Agroscope, qui fait partie de l’Office fédéral de l’agriculture (OFAG), comprend trois stations de recherche: Agroscope Changins-Wädenswil (ACW), Agroscope Liebefeld-Posieux (ALP-Haras) et Agroscope Reckenholz-Tänikon (ART).

Dans la perspective des défis actuels et futurs que doivent relever l’agriculture et les filières alimentaires, les programmes de recherche Agroscope (PRA) portent sur des questions essentielles liées à la sécurité alimentaire. A savoir l’avenir d’une production végétale indigène compétitive dans un marché largement libéralisé (ProfiCrops), le développement de nouvelles voies assurant la sécurité dans la chaîne alimentaire (NutriScope) et le soutien à l’utilisation agricole du potentiel naturel de production dans les régions de montagne (AgriMontana), sans oublier la contribution à la plateforme nationale de communication et de coopération dans le secteur de la production laitière (ProfiLait) – signalons à ce titre la collaboration au programme «Comparaison de systèmes de production laitière à Hohenrain», qui s’est achevée en 2011. Les programmes ProfiCrops, NutriScope et AgriMontana se poursuivront au moins jusqu’à fin 2013 et ProfiLait jusqu’à fin 2015.

 

Agroscope Changins-Wädenswil (ACW): produire plus avec moins de moyens

Le monde de demain nécessitera davantage d’aliments issus d’une production durable. Dans un contexte où l’augmentation de la population ira de pair avec la diminution des ressources naturelles (surface agricole utile, eau, énergie, substances nutritives…), l’agriculture se trouvera confrontée à un dilemme: produire plus avec moins de moyens. Seules des variétés résistantes et des semences saines permettront des récoltes stables à l’aide d’une utilisation parcimonieuse de produits phytosanitaires.

ACW, qui est chargée de la recherche appliquée en production végétale et en aliments d’origine végétale, a précisément pour mission de tester les semences et le matériel végétal avant la production sur le terrain. Objectif, soutenir une production en accord avec le marché dans le cadre d’une agriculture compétitive respectant l’environnement et permettant l’élaboration d’aliments de qualité. «La mise en réseau nationale et internationale de notre recherche a permis d’améliorer la compétitivité de la production végétale suisse», déclare avec satisfaction Jean-Philippe Mayor, directeur d’ACW.

ACW est actif dans des domaines aussi divers que les grandes cultures, la production agricole en région alpine ainsi que les cultures sous serre, la viticulture et l’œnologie, la protection phytosanitaire dans l’arboriculture et la production maraîchère, l’amélioration des plantes et les ressources génétiques, la qualité et la sécurité des produits alimentaires. Points forts, la recherche dans le domaine de la lutte contre les maladies affectant les plants de pommes de terre, les engrais verts protégeant les plantes contre les affections, le développement d’un conservatoire de variétés de pommes de terre, l’identification des codes-barres ADN des organismes de quarantaine (QBOL), la sélection de variétés de blés, la mise sur pied d’une banque de gènes destinée aux céréales, légumes et arbres fruitiers et le stockage de pommes sous atmosphère conditionnée.

 

Agroscope Liebefeld-Posieux (ALP-Haras): la compétence au service de la pratique

Le domaine de recherche d’ALP-Haras s’étend des aliments pour animaux aux denrées alimentaires d’origine animale en passant par la production et la transformation. «Par nos activités de recherche et de vulgarisation et par la mise en application des dispositions légales, nous contribuons à une production durable et compétitive de lait, de viande et de miel et à leur transformation en produits sains, sûrs et de haute qualité», déclare Michael Gysi, directeur d’ALP-Haras.

En 2011, le regroupement des sites de Liebefeld et de Posieux avec le Haras national suisse d’Avenches s’est poursuivi. La production et la transformation du lait et de la viande, ainsi que la sécurité et la qualité des aliments, ont fait partie des thèmes principaux de la recherche. Parmi les points forts figurent la mise en valeur de l’esparcette, le contrôle des fromages AOC par l’analyse de leur matériel génétique, le développement de champignons entravant la progression du varroa dans les ruches d’abeilles et les recherches en laboratoire sur l’élimination de l’odeur de verrat dans la viande de porc.

Le Haras national suisse a intégré l’an dernier Agroscope aux côtés du Centre de recherches apicoles tandis qu’était créé en parallèle l’Institut suisse de médecine équine (ISME). Centre de compétence reconnu au niveau international, le Haras national encourage un élevage équin durable, compétitif et respectueux du bien-être des chevaux. Il met en valeur la race Franches-Montagnes, l’unique race chevaline indigène. Temps fort de l’exercice écoulé, l’élevage d’étalons en groupe, l’éthique, le 10e anniversaire du bureau de conseils et le centre de reproduction.

 

Agroscope Reckenholz-Tänikon (ART): des systèmes durables de production agricole

A la fois pragmatiques et scientifiques, les recherches menées par ART portent sur le développement d’une agriculture compétitive et respectueuse de l’environnement. Le maintien d’un espace rural diversifié est à ce titre un thème majeur. Les domaines de recherche portent sur les ressources environnementales et agricoles, les systèmes herbagers et de grandes cultures, la biodiversité et le management environnemental, l’économie et la technologie agricoles. «Nos recherches sont axées sur le développement de systèmes durables de production agricole», déclare Paul Steffen, directeur d’ART.

L’an dernier, la formation des jeunes scientifiques a évolué de façon réjouissante. Le Congrès des agro-économistes européens a rassemblé plus de 700 participants de 53 pays. La recherche a concerné en particulier l’utilisation efficiente de l’eau, la mise en œuvre technique du système national sur les sols, les tests de santé des semences bio, la lutte contre la prolifération du séneçon et autres espèces invasives, le développement d’une agroforesterie rentable et écologique, la valorisation du travail des paysannes et la production d’énergie agricole.

 

Perspectives

Les domaines dans lesquels la recherche suisse excelle au niveau international sont ceux auxquels la population accorde une grande importance: durabilité écologique, protection phytosanitaire intégrée, agriculture biologique, procédés à faibles intrants, bien-être des animaux, garde au pâturage, denrées de proximité…

C’est ainsi qu’au cours des prochaines années, Agroscope traitera six thèmes principaux: intensification écologique; préservation des ressources naturelles; contribution de l’économie agro-alimentaire à la protection du climat et adaptation au changement climatique; qualité et sécurité des aliments pour une alimentation saine; amélioration de la compétitivité de l’économie agroalimentaire; vitalité et attractivité des espaces ruraux. Les grandes lignes d’un plan directeur de la recherche agronomique et agroalimentaire ont d’ores et déjà été établies. (www.www.agroscope.ch)

SC/AGIR

2222articles
aller au panier