Espace revue de presse

Une belle histoire de famille

AGIR

Christine et Eddy Gaspoz et leurs enfants

© AGIR

Brunch à la ferme du 1er Août à Granges-près-Marnand

On peut être deux cents et se sentir « comme à la maison » ! Preuve en est, le Brunch organisé par la famille Gaspoz, dans son exploitation de Brit, hameau du village de Granges-près-Marnand. Accueil sympathique par le couple Christine et Eddy Gaspoz et leurs enfants, buffet simple mais copieux préparé avec l’aide de la grand-maman, visite des cultures sous la houlette du grand-papa,  service et intendance par une flopée de cousins et amis…

Dès 9 heures du matin, tout est prêt à Brit pour accueillir les adeptes du petit-déjeuner à la campagne le jour de la Fête nationale ! Comme dans quelque 400 autres exploitations agricole du pays, tout le monde s’y est mis pour nettoyer, ranger, dresser les tables et les buffets, ouvrir la caisse d’entrée, préparer une multitude de tresses et de pains, confectionner terrines et confitures, couper les fromages et mélanger des énormes plats de bircher.
Le beau temps étant de la partie, le plan B – soit un repli dans une grange ou une étable -,  n’est pas à l’ordre du jour. Tant mieux, on est tellement bien sous les cerisiers !

 50 ans d’élevage de poulets
C’est la quatrième génération qui gère la ferme de Brit. On y cultive des pommes de terre, des betteraves, du blé, du soja des pois et des lupins. Mais, surtout, on y élève depuis longtemps des poulets pour Micarna. Robert Jöhr, qui compte tout de même 99 printemps, s’en est rappelé il y a cinq jours en apportant une bonne bouteille dans le hangar à poulets. C’est en effet le 27 juillet 1962 que la première livraison de poussins a eu lieu. Mais, hier, ce vénérable arrière-grand-père est resté tranquille dans sa maison et a regardé de la fenêtre les hôtes de ses petits-enfants, désormais en charge de l’exploitation, se régaler.

Quant à son fils André Jöhr, il menait les visiteurs faire une balade en tracteur dans les champs pour leur expliquer un peu l’agriculture pendant que sa femme cuisait à tour de bras des salées au sucre. C’est eux qui ont commencé à organiser des brunchs dès le début, soit en 1992. Puis, régulièrement tous les deux ans, ils ont remis ça. Depuis six ans, le flambeau a été transmis à la génération suivante mais ils sont toujours présents pour aider. C’est qu’il en faut du monde pour que les visiteurs soient choyés, une trentaine de bénévoles dont la moitié a des liens de famille.

C’est probablement cette continuité et cet encadrement familial qui donnent au Brunch du 1er Août à la ferme Gaspoz  son ambiance si sympathique et surtout si authentique.

                                                                                                                                             MB/AGIR

News

sql connection die